Les 5 étapes à suivre pour bien installer son carrelage

Les carrelages au sol ou muraux apportent une extrême élégance. A condition que vous choisissiez correctement le matériau et le design, sans omettre de respecter les bonnes techniques de mise en œuvre.  Ces 5 étapes vous guideront dans une installation de qualité dont le charme ne s’atténuera pas avec le temps.

Bien choisir le revêtement de son nouveau carrelage

On parle ici des matériaux dans lesquels les carreaux sont faits. Afin de déterminer le revêtement idéal, commencez par définir les usages de la pièce.

Pour les pièces à vivre, il est impératif de pouvoir compter sur la solidité de votre carrelage. Le grès cérame poli serait un bon choix. De finition brillante, il apporte du prestige à l’intérieur. D’une grande résistance, ce type de carreaux pourra supporter votre mobilier et les passages fréquents dans la pièce.

Si vous envisagez de carreler vos pièces humides, il faudra un revêtement étanche. La pâte de verre, les carrelages en terre cuite et en ciment font partie des meilleures options.

En ce qui concerne l’esthétisme, il sera judicieux d’opter pour des coloris assez neutres. Ainsi, vos carreaux seront toujours en harmonie avec la déco même si vous changez votre mobilier, votre papier peint ou la peinture des murs.

Selon leboncarreleur.pro, dans un garage ou des pièces très fréquentées comme les couloirs, le séjour et l’entrée, il faudra privilégier les matières solides. Le grès cérame pleine masse ou les pierres naturelles comme le granit seront parfaits. Ces revêtements ont l’avantage de résister aux rayures. Ils supportent très bien les chocs et ne se fissurent pas malgré les pressions (poids d’un véhicule, par exemple).

Trouver un carreleur professionnel fiable

De nombreux posts vus sur le net affirment que tout le monde peut poser des carreaux comme un vrai pro. D’ailleurs, à lire les explications, chaque étape semble d’une facilité déconcertante. Mais en réalité, il s’agit d’une opération délicate qui requiert les compétences d’un carreleur expérimenté.

Le choix d’un artisan repose sur des critères bien précis. Commencez par vous informer sur l’expérience en demandant, entre autre, des références de ses anciens clients. Au lieu de consulter le catalogue de ce qu’il pourrait réaliser, demandez plutôt à voir des photos de ses anciennes réalisations. C’est un point essentiel pour vous faire une idée de la qualité de son travail.

N’hésitez pas à demander l’avis de vos proches et de consulter les retours d’expérience sur internet.

Lorsque vous serez face à l’artisan, exposez-lui vos besoins. Demandez-lui ensuite comment il compte s’y prendre (techniques et choix du matériel). Posez des questions sur les normes UPEC (Usure, Poinçonnement, Eau, Chimie), l’entretien requis pour el revêtement que vous avez choisi ou qu’il vous a conseillé.

S’il ne vous offre que des réponses évasives, s’il cherche systématiquement à changer de sujet ou s’il s’évertue à imposer ses idées, passez votre chemin.

Ne pas hésiter à demander des devis

La rencontre avec le pro n’est pas une finalité. Il faut faire jouer la concurrence pour déterminer quelle entreprise ou artisan convient le mieux à votre projet. Sollicitez 5 devis au minimum et voyez quelles informations y sont mentionnées.

L’offre doit être détaillée au maximum, incluant :

  • le temps de préparation,
  • le type de colle/joint, sa quantité et son prix (à titre indicatif, le sac de 25kg coûte environ 25€)
  • le calepinage envisagé
  • le délai d’exécution des travaux
  • la main d’œuvre.

Il est probable que les montants présentent quelques différences. Il est de ce fait utile de connaître les tarifs appliqués pour savoir si le devis entre dans la fourchette normale ou non. Les carreleurs facturent généralement entre 30€ et 50€/m². Ces prix restent variables en fonction de la technique de pose et le matériau à travailler.

Pour des carrelages en céramique comme les tomettes, le grès et la terre cuite, il faudra compter entre 20€ et 120€ au mètre carré. Les carrelages en pierre à l’instar du marbre, du granit et de l’ardoise se posent pour 30€ à 200€/m². Pour des matériaux assez particuliers tels la pâte de verre et les carrelages d’imitation, prévoyez de 10€ à 150€/m².

En termes de technique, les artisans optent pour les poses scellées, clipsables ou collées. Une méthode complexe fera évidemment l’objet d’une tarification plus élevée. Et si les travaux incluent un calepinage, le devis peut augmenter jusqu’à 30%.

Pourquoi ne pas rénover un vieux carrelage ?

Si quelques carreaux portent les marques du temps (fissures, notamment), il n’est pas toujours nécessaire de refaire entièrement votre carrelage. Il existe une alternative moins onéreuse qui demande également moins de travaux : la rénovation.

En théorie, le plus simple serait de remplacer le carreau abîmé, à condition que vous trouviez une pièce exactement identique. Mais intégrer un carreau unique dans un ensemble déjà homogène n’est pas une mince affaire. Déjà, il faut éviter de briser les autres carreaux en retirant celui qui est endommagé. Ensuite, il faut veiller à ce que l’ensemble reste parfaitement homogène une fois le nouveau carreau posé. Si vous craignez de ne pas vous en sortir, pensez aux stickers ou aux carreaux auto-adhésifs qui sont faciles à mettre en œuvre.

Si votre sol ou vos murs carrelés vous semblent ternes, il serait intéressant de peindre l’ensemble. Attention à choisir une peinture spécialement conçue pour les surfaces carrelées. S’il s’agit de rénover le sol, le produit devra obligatoirement être antidérapant. Bien sûr, la peinture sélectionnée résistera aux lavages.

Vos carreaux sont vieux mais vous avez du mal à vous en défaire ? Il suffira de les vitrifier en utilisant du polyuréthane. Deux fines pellicules transparentes rendront tout son éclat à votre revêtement. Et pour éviter que ce ne soit trop glissant, vous pouvez intégrer un produit antidérapant à la préparation.

Après la pose, bien entretenir son carrelage

Tous les carrelages sont magnifiques mais certains perdent rapidement de leur superbe. Ce n’est pas forcément le fruit d’une mauvaise qualité mais le résultat d’un manque d’entretien.

Juste après la pose, il faudra retirer l’excédent de joint. Servez-vous ensuite de dentifrice et d’une brosse à dents pour blanchir les joints avant de les rincer à l’eau claire. Pour bien nettoyer votre carrelage, le savon noir est une autre option. Après le rinçage, pensez toujours à utiliser un chiffon doux pour sécher vos joints.

Lorsque vous faites le ménage, passez l’aspirateur ou le balai sur vos carreaux. Les poudres sont à éviter absolument si vous avez opté pour de la terre cuite. Mieux vaut utiliser du liquide vaisselle que vous diluerez dans de l’eau tiède.

Si certaines tâches sont tenaces, préparez un mélange de vinaigre blanc et d’eau ou de cristaux de soude et d’eau chaude.

This article has 2 comments

  1. Véronique Reply

    Lorsque j’ai voulu faire carreler ma terrasse, je me suis retrouvée perdue face aux nombreux choix de matériaux… Heureusement mon carreleur a su me conseiller et je suis très satisfaite de ma nouvelle terrasse ! Pour ceux qui se demandent quels sont les différents matériaux utilisables pour un carrelage, ce lien pourrait vous être utile 😉

  2. Annick Billot Reply

    Je lave mon carrelage deux fois par semaine en mettant un peu d’eau de javel dans de l’eau savonneuse. Le résultat est nickel mais je remarque que mes carreaux s’abîment. Je n’ai pas fait le lien avant de lire vos conseils. La prochaine fois, j’utiliserai un lave-main liquide, ça fera l’affaire ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *